CalendrierPortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez  | 
 

 Présentation du maitre nain Guirak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Guirak
Professeurs
Professeurs
avatar

Sexe : Masculin Messages : 47
Date d'inscription : 16/02/2010
Localisation : Morez (39 jura)

Feuille de personnage
Race: Nain
Age: 378
Métier: ébéniste

MessageSujet: Présentation du maitre nain Guirak   Mar 16 Fév - 15:25

Nom : Barkoyë

Prénom : Guirak

Age : 378 ans (à son arrivée sur cairn)

Surnom : Le patient

Emploi : ébéniste. Envisage l’enseignement de son art à cairn.

Race :[/u] nain

Apparence : Guirak dans sa belle époque avoisinait le mètre vingt cinq, ce qui, pour un nain, était plutôt grand et ne manquait pas de faire sa fierté. Mais les années s’écoulaient et ne l’épargnaient guère ; en effet à présent sa tête ne dépasse plus celle de ses semblables. Sa petite taille mise de côté, la vue de Guirak est réconfortante. Son allure de père noël bourru rassure les cœurs et incite à la confidence dans les ambiances festives, et lorsque l’heure est funeste, ses airs graves lui confèrent des apparences de sages en réflexions.
Guirak ne porte pas de casque ni de chapeau, son visage n’est revêtu que de ses cheveux blancs attachés en queue de cheval (et remarquablement bien peignés pour un nain) ainsi que d’une longue barbe tressée en son centre et libre sur ses extrémités. Cette barbe qui représente le passage d’une vie, de ses évènements appréciés ou endurés, dans laquelle pendent les trophées que certains pourrons reconnaitre (tel le pendentif de l’ordre des ébénistes, ou celui représentant sa victoire face à un ours…) et d’autres qui ne trouvent de sens qu’aux yeux de Guirak et certains de ses proches. Au centre de ce visage, encrés au fond de leurs cavités, ses yeux blancs sont aveugles mais non voilés (n’étant pas incommodant pour autant) ce qui oblige le nain à se servir d’une canne sculptée par ses soins, dans un bois noueux aux apparences de racines. La main fermée sur cette troisième jambe est nue contrairement à sa jumelle habillée d’un gant dont chaques articulations –ainsi qu’une partie de la paume- sont recouvertes de métal oxydé et déformé sous le coup de ses instruments. Son corps à réussi, malgré l’âge, à conserver une bonne partie de sa musculature ne subissant que par endroits les méfaits du vieillissement. Il cache cependant les marques et cicatrices d’une vie derrière une cuirasse recouverte d’une peau de bête inidentifiable. Guirak porte aussi une paire de botte s’arrêtant presque au niveau de l’articulation du genou et à l’avant desquelles sont greffés deux protèges cuisses en bois de noyer.
Guirak ne possède dans sa garde robe que deux panoplies réellement différentes. La première n’est autre que sa panoplie d’ébéniste qui se constitue d’une ceinture de cuir large d’une douzaine de centimètres et autour de laquelle pendent à intervalles réguliers diverses gouges et ciseaux à bois. La plupart de ses autres outils sont quant à eux transportés dans un coffret sculpté, haut de quarante centimètres, et au dessous duquel est rivetée une lanière de cuir au moyen de laquelle Guirak transporte son bardage. L’ouverture de se coffret dévoile un rabot artisanal dont le maniement parait complexe, une scie dite japonaise, un compas, différentes pointes à tracer, plusieurs râpes à bois de tailles et de formes variées ainsi qu’un instrument aux airs de diapason.
Pour introduire sa seconde tenue, il me faut tout d’abord vous décrire l’instrument principal de Guirak, sa hache. Rohane, car c’est tel qu’il l’avait nommée, est faite de deux parties. Non pas que cela soit bien utile durant un combat ou lors du bucheronnage, mais simplement pour un point de vue pratique car une fois assemblée Rohane mesure près d’un mètre soixante de haut. Entre la hallebarde la hache et la faux, l’usage de cet instrument ne présage rien de bon que vous soyez humain troll elfe ou arbre. La lame aussi ressemblait à un melting-pot des objets tranchants les plus chirurgicaux et des instruments de torture les plus psychologiquement dérangeants. Cette compagnonne fidèle suit donc son propriétaire, rangée dans son dos, répartie sur ses deux omoplates. Guirak ne porte pas de bouclier (l’utilisation de sa hache ne facilitant pas la tache) mais il est en permanence suivit –discrètement- par un pantin de bois faisant office de défense aux attaques imprévues. Ce pantin ne présente aucun trait particulier et ressemble à ces mannequins dont se servent les dessinateurs. N’aillant pas plus de particularité que cela et n’étant «programmé » que pour de simples tâche, ce pantin de défense ne se relève pratiquement jamais en cas d’agression surprise envers son protégé. Mais Le bois dont il est fait n est pas difficile à trouver, seul le travail à fournir est long pour s’en sculpter un nouveau.

Caractère : La nature de Guirak veut qu’il soit quelqu'un de bon vivant, aimant les bonnes choses tel que la bière, les bons repas, l’amitié inconditionnelle et les biens matériels… Mais l’âge a quelque peut assagi notre nain, même si une bonne mousse devant une grosse plâtrée de choucroute (lol) ne le repousse point, l’amitié inconditionnelle et l’appât du gain sont quant à eux des concepts de plus en plus éloignés. Comme dit dans la description, Guirak incite à la confidence et devient très vite le journal intime de qui veut bien partager un peut avec lui. Lui par contre n’étend sa vie qu’à de rares personnes. Enerver un nain n’est pas recommandé, même si ce dernier reste serein plus longtemps que la moyenne de ses congénères, Guirak n’en demeure pas moins un adversaire redoutable. Cependant si il vous arrive d’avoir besoin d’être remis en place, après un savon bref (mais néanmoins mémorable), Guirak sortira vite de sa colère en vous envoyant une bonne accolade, et en vous invitant gaiement à réfléchir avant votre prochain « débat ». Pour ce qui est de son caractère, beaucoup de gens estiment avoir cerné le personnage en un clin d’œil, ce qui fait de lui quelqu’un d’encore plus dangereux pour ces prétentieux, car ce que l’ont voit n’est que la partie visible de l’iceberg…

Pouvoirs : On ne parlera pas de pouvoirs dans le cas de Guirak car les nains en sont dépourvus. Par contre, Guirak, en ses qualités d’ébéniste, possède ce que la plupart qualifierons d’un dont. En effet, il peut à l’aide des ses multiples outils, révéler la magie qui se trouve dans chaque bois. Ainsi un cercueil sculpté par ses soins enfermera l’âme du démon qui s’y trouve (sapins et autres épineux scellent la magie), les pantins sortis de ses ateliers seront dotés selon le mode de réalisation d’une pseudo conscience et d’un ordre de mission simple (tel que protéger un tel ou apporter ceci… il sont généralement fait de tilleul ou d’érables), révéler la magie du noyer ou de l’ébène en ferons des éléments de protection efficaces contre tel type de magie (petite faiblesse envers le feux même si il est possible d’accroitre sa résistance par des techniques complexes), le travail du chêne quant à lui permet de réaliser des portails de téletransport plus ou moins puissants (selon la qualité du travail et de la maitrise des sens du bois.)… dans l’histoire de Guirak, je vous expliquerais pourquoi : lorsqu’il se trouve en danger ou que la nécessité l’ordonne, les yeux du nain prennent un ton pourpré et lui permettent de recouvrer la vue et de disposer des suggestions du démon qui l’habite. L’écharde qu’il à dans le corps empêche toute lecture mentale ou maniement d’esprit sauf par un démon plus puissant que Marek
Points forts : Comme tous les nains, Guirak dispose d’une force physique importante. Contrairement à ses congénères, il est malin et relativement calme (il ne prend pas de décisions sans y avoir un minimum réfléchi). Il dispose d’une palette d’objets et d’interactions avec le bois assez conséquente. Le démon dont il est l’hôte surveille ses arrières lorsqu’il lui prête ses yeux ; il lui prodigue une sorte d’anticipation des coups portés par l’ennemi.
Points faible : son premier point faible est d’être un nain, donc par définition sa petite taille le rend moins endurant que les humains et lui doivent une moins grande portée de ses coups. Second pseudo problème, Guirak est aveugle et ne se dirige qu’à l’aide de sa canne ou de ses sens plus développés que la moyenne (n’étant nullement un handicap dans l’exercice de son métier sachant que sont art passe à 97% par le touché). Guirak vieilli et a à présent dépassé les trois quarts de sa vie, il a donc acquis une expérience dont peut peuvent se venter mais sa vitalité s’échappe peut à peut et le combattant s’essouffle de plus en plus vite à chaque affrontement.

Histoire : A l’aube de son 256ème anniversaire, Guirak se sentait bien. La veille, il avait fêté dignement son passage futur à une nouvelle année d’existence. Il pénétra dans la forêt que son commanditaire lui avait proposé pour y trouver le bois idéale afin d’y sculpter quelque hommage à sa seigneurie fils de machin le truc… enfin c’est tous ce dont il se souvenait de la très cérémonieuse commande… Ses pensées allaient droit à sa défunte épouse, décédée pratiquement trente ans au part avant en mettant au monde son second fils Zarakaï. Tel un combattant sur un champ de guerre, sa bien aimée était morte le sourire aux lèvres dans son ultime bataille. Maintenant que son dernier s’en était allé sur des chemins de richesses promises, il se retrouvait seul et avait tout le loisir de repenser à sa douce. Il se remémorait les moments forts de cette vie à deux toute en caressant le manche lisse de Rohane sans y prêter attention. Sa seconde pensée fut tournée sur son mal de crâne, qui le rendait si heureux. Quoi de plus satisfaisant que de se dire que la veille, entouré de ses amis, il avait rit et bu plus que de raison, et qu’aujourd’hui il était probablement un des seul à répondre présent à son travail. Perdu dans les méandres de son cerveau, Guirak suivait inconsciemment un groupe de feuilles porté par le vent puis l’ombre d’un nuage projetée sur le sol ou encore les bruits de l’écureuil perché au dessus de lui. Les bois à cet endroit là du monde étaient tous verdoyants, accueillants et charmeurs, c’était ça le plus dangereux ! Comment pouvait on penser en y entrant que l’on puisse s’y perdre ? Mais Guirak n’était plus un de ces enfants qui gambade dans l’insouciance du danger présent, et cela l’interpella d’autant plus lorsqu’il revint à la réalité et se rendit compte de la faune environnante.

« L’alcool à dut avoir raison de moi ma pauvre Rohane ! » dit-il à sa hache « je ne reconnais pas la moitié des végétaux d’ici… »

Effectivement les plantes ne ressemblaient à rien de connu ni de lui ni de ceux qui lui avaient enseignés à se repérer dans les bois. Se penchant d’une curiosité à l’autre, il lança…

« Et tu as vu celle-ci ?... comment de telles choses ont bien se retrouver ici ?… quant je pense que…euh… »

Guirak se figea il venait de tomber nez à nez avec un arbre incroyable. L’écorce était sombre et, selon l’angle de vue, on avait l’impression de voir se refléter furtivement des sortes de runes, mais l’apparition était tellement brève que l’ont pensait à une hallucination. Guirak en fut scotché. Que quelques plantes eussent échappées à sa connaissance, passe… mais un arbre, c’était impossible ! Moitié méfiant moitié excité, il s’approcha doucement et admirativement de cette magistrale interrogation. N’écoutant que sa curiosité, il retira son gant droit et ferma les yeux afin de sonder le potentiel de l’arbre. Son rythme cardiaque s’accélérait à mesure que sa main s’approchait, et au moment fatidique ou sa main s’appuya sur l’écorce, il écarquilla les yeux et retira brusquement sa main en s’écriant :

« VINGTDIEUXD’SALOPRIED’MERDED’ECHARDEALACON …….. »

La surprise de l’écharde plantée dans son doigt passée, il retira la phalange endolorie de sa bouche pour observer sa plaie. Des échardes, il en avait ramassées des flopées dans sa carrière d’ébéniste, mais jamais douleur n’avait été si violente. De plus elle était inaccessible, comme si elle avait continué son chemin sous la peau du nain. Guirak était loin d’être geignard, mais la douleur était tel qu’il n’arriverait pas à se servir d’un quelconque instrument (et encore moins de sa hache) sans décupler la douleur et l’enfoncement de l’épine. Il préféra donc rentrer chez lui pour s’occuper de cette blessure.

La route du retour fut difficile, le mal le torturait et de nombreuses fois il se perdit. Une fois dans sa demeure, il entreprit de s’ouvrir le poignet car l’épine était remontée le long de son poignet. Il n’y trouva rien car ses sens étaient trompés. Trop fier pour appeler qui que se soit pour l’aider à se soigner (se blesser et appeler un compagnon au secours pour une simple écharde et s’en était fait de sa réputation), il se mit au lit en faisant tremper son bras dans une décoction de plante sensée aider le corps à évacuer l’élément étranger. Ce ne fut pas le sommeil que trouva le nain ce soir là, mais un coma profond dont le centre était occupé par la douleur grimpante. Puis, au zénith de la nuit, le nain ouvrit ses yeux devenus aveugles et rentra dans une transe mystique durant laquelle il rencontra Marek, démon des anciens temps.

« A présent que tu es mon esclave, lui dit le démon, seule tes souvenirs t’appartiennent. Tu n’es plus que le pantin de ma volonté. à ton réveil tu sera aveugle et tes priorité aurons … comment dire… quelque peut changées. L’écharde que tu as ramassée n’est qu’un petit vestige de ma tombe… oh tu ne sais pas combien de temps j’ais put attendre …et elle vient d’atteindre ton cerveau ! Ta personnalité ne va pas changer, seuls tes objectifs sont autres à présent. Mais dors mon doux sauveur, demain il fera jour. »

Sur ces derniers mots, Guirak se figeât dans son oreiller, les yeux exorbités puis d’un coup trouvas le sommeil. Le lendemain, au chant du coq, Guirak ne s’étonna pas d’être aveugle, et d’ailleurs, il se souvenait de tout. Il se rappelait comment les anges ces battards consanguins avaient tués son amour, la douce Garielle, leur propre sœur, et comment ils l’avaient enfermés, lui, toutes ces années dans ce cercueils vivant. Il se rappelait son vœu de vengeance envers ces pourris qui avaient empêchés de vivre leur passion à ses êtres si différents et en même temps si proches. L’heure était à la vengeance et pour cela le plan était clair. Il devait parfaire son art, le maitriser à son paroxysme pour enfin se rendre à Cairn, là bas, il le savait se trouvait une pierre qui lui permettrait de se régénérer complètement ainsi il pourrais créer un portail (à l’aide des bois de la foret obscure) accédant directement à ce lieu de magie pur… et enfin assouvir sa soif de justice.

Toutes ces pensées étaient des certitudes, même s’il semblait parfois douter, rien n’indiquait qu’il se fusse trompé dans ses résonnement. Il passa donc les 120 années suivantes à travailler encore plus dur les arts du bois. Au fur et à mesure du temps, ces amis le laissèrent tomber, ce n’était pas plus mal, ils n’auraient fait que retarder ses plans. Et lorsqu’il senti que l’heure était arrivée, il se mit en route à pied pour deux années d’expédition en direction de cette école … Cairn… Là il aurait le temps de murir son plan !


comment avez vous connu cairn:JJJaaaccckkk love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cinzia
Directeur des Citrines
Directeur des Citrines
avatar

Sexe : Féminin Messages : 318
Date d'inscription : 24/04/2009
Localisation : Cimetierre, ou dans une forêt

Feuille de personnage
Race: Démone
Age: indéterminé
Métier: Eleve citrine de 2ème année

MessageSujet: Re: Présentation du maitre nain Guirak   Mer 17 Fév - 2:36

Rien à redir à ta fiche! Bienvenue et bon jeu à toi!!

Je dois faire remarquer que ta fiche est selon moi parfaite, bien écrite etc... juste une chose à dire: ECLATE TOI!!!!!!!!!!

...~oOo~...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Présentation du maitre nain Guirak   Dim 21 Fév - 12:37

Un elfe forgeron et un nain ébéniste...
C'est moi ou Cairn est le monde à l'envers de la normal magique?

Ce serait amusant de voir le prof ébéniste tenter d'enseigner l'amour du bois à mon elfe forgeron tiens! XD
Peut-être que Judi s'y trouveras une passion?

Belle histoire en tout cas, riche en détails et en intrigue.
Qu'est-ce que cela donneras en jeu? haha!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation du maitre nain Guirak   

Revenir en haut Aller en bas
 

Présentation du maitre nain Guirak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cairn :: Accueil :: Fiches de présentation -