CalendrierPortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez  | 
 

 Présentation de Gabrielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Gabrielle
apprenti magicien
apprenti magicien
avatar

Sexe : Féminin Messages : 119
Date d'inscription : 24/04/2009
Localisation : dans les jardins

Feuille de personnage
Race: Eldir / Monde inconnu
Age: 21 ans
Métier: Elève Calcédoine 1ère année

MessageSujet: Présentation de Gabrielle   Ven 24 Avr - 17:50

Nom: Elle n' a pas de nom, juste une appartenance... 'Colonie 13'

Prénom: Gabrielle

Age: 21 ans

Surnom:/

Type (emploi): élève

Race: Eldir

Apparence physique: D’une peau blanche, Gabrielle et son peuple ont perdus leur pigmentation ocre. Le soleil leur manquant en surface terrestre et sous terre, leur chair a effacé ses couleurs.
Son regard est d’un bleu très clair, sa rétine n’a jamais bronzé. Quant à ses cheveux, ils ont gardés cette brillance argentée si particulière à son peuple.
D’une taille avoisinant le mètre soixante dix, Gabrielle n’a rien pour faire envier autre que ses particularités physique et propre à sa race.


Caractère: Gabrielle est une jeune fille très curieuse. Son instinct l’a détaché de son monde prison pour ouvrir son regard sur un autre horizon.
Elle est pacifiste.
Cependant, à la fuite de son monde, une de ces créatures envahissante a pris contrôle de son âme, se mêlant à son esprit lors de la téléportation.

Pouvoir: La demoiselle peut user de la lumière du soleil pour se ressourcer. Grâce à cette faculté, elle peut générer un bouclier de défense, comme ses ancêtres savaient si bien le faire. Mais les millénaires de survie de sa race sous terre, on affaiblit ses capacités... -à elle comme à son peuple.
La créature qui vit a présent en elle, se nourrit de l'énergie. Elle peut se manifester chez Gabrielle à son instar et affaiblir quelqu'un.


Histoire:
En général… lorsqu’on naît, la première chose que nos yeux entrouverts discernent, s’avère être une lumière floue et opaque. La lumière du jour… celle qui traverse pour la première fois nos pupilles rétractées. Elle réchauffe notre peau et remplace par cette tiédeur le corps de notre mère.

Le soleil… celui qui donne la vie et la maintient sur terre… Gabrielle ne l’a que trop peu connu.
A sa venue au monde, il faisait noir… lors de son enfance, il faisait toujours aussi noir. Non pas que ses yeux ne pouvaient discerner la moindre lumière, non… Il régnait sur terre une ombre et une atmosphère qui ne permettaient plus la pousse des plantes et la vie durable en surface.
Demandez-lui donc ce qu’est la liberté et elle vous répondra que l’indépendance, c’est l’abri qu’elle fréquente avec les siens. Un abri souterrain, dans une ville souterraine, illuminée par une faune et une flore synthétique apportée de toute pièce, pour entretenir l’illusion d’un monde ‘normal’…
Elle n’a jamais vraiment su pourquoi sa communauté vivait ainsi… Et la seule fois où la curiosité l’avait poussé à monter en surface, se glissant sournoisement entre les conduits d’aérations, elle n’avait découvert que la désolation.
Une ville ouverte au ciel, totalement anéantie par la force et le temps. Une cité autrefois resplendissante, dont les vestiges se marquaient d’une violence sans nom et s’effaçaient sous les débris.
Un ciel rouge et sombre, sillonné par des sortes d’ombres fines et mouvantes, se déplaçant rapidement dans les cieux, comme observateur du moindre mouvement en contre bas. Alors qu’elle se tenait entre les restes grossiers d’une ancienne chapelle, Gabrielle redressait le buste, le regard braqué avec horreur sur les sillons du ciel. L’attention figée par l'épouvante, ses iris avaient croisés un de leurs regards… l’une des ombres avait stoppé son avancée perpétuelle au dessus de la cité.
Ses doigts s’étaient crispés à la roche abîmée, comme si la peur de se faire arracher à ce monde lui avait traversé l’esprit. Sa vision s’était perturbée et elle ne voyait plus que ses yeux à l’éclat maléfique, qui la fixaient sans relâche…
Au loin, une explosion… Certainement un bâtiment, s’écroulant sous une bourrasque de trop. Un nuage sombre de poussière avançait vers elle et son lien oculaire fut coupé par l’alerte et les battements de son cœur soudainement plus brutaux.
La jeune fille s’enfonça à nouveau dans les tréfonds de la terre… regagnant sa colonie de survivants.

Plusieurs fois, elle s’était rendue dans ‘le lieu du savoir’… un bâtiment réservé aux vestiges intacts de l’ancien monde… afin d’étudier pour comprendre. Elle voulait changer les choses ! Belle utopie…
Ce qu’elle apprit… c’est que sa terre avait subit une attaque inconnue… Celle d’un autre royaume. Une contrée lointaine, qui ne venait certainement pas de sa planète… Les créatures n’étaient pas décrites, plutôt représentées comme des ombres s’agitant dans le ciel pour se nourrir de la vie et de la lumière. Aspirant de leur regard les âmes et déchirant les esprits.
Elle… elle les avaient regardé et avait attiré l’une d’entre-elle. Ses nuits étaient désormais hantées de ce regard… Elle entendait son cri… elle ressentait sa faim… Dans ses songes, elle se transformait ou se faisait anéantir…

Plusieurs années s’écoulèrent… Au bout de trois ans, pour êtres précis, Gabrielle fêta ses vingt ans. Elle avait développé les capacités de sa communauté, et arrivait désormais à crée la lumière des anciens… Mais la vie souterraine qu’entretenait ses pères depuis des siècles, avait amoindrit leur force… Le soleil leur manquait… Pourrait-il un jour illuminer à nouveau sa terre, en surface ?

Gabrielle en avait assez… Depuis qu’elle avait vu l’extérieur et que l’habitude avait pris ses rêves sombres, depuis ces dernières années, elle voulait en finir !... On lui reprochait son manque d’intelligence à vouloir agir de la sorte. Son manque de réflexion la perdrait, disaient-ils… Baliverne… pour elle, tous n’étaient que des lâches ! Depuis combien de temps vivaient-ils cachés et craintifs du dehors ?! Il fallait agir… Comprendre !
Voyant l’une de ses ‘enfants’ se rebeller contre la colonie vingt-et-une, le chef, déjà bien âgé, la fit demander. S’attendant à recevoir encore des mourons et autres morales, Gabrielle était venue par obligation et aucun plaisir.
Mais voilà… il lui révéla une chose qui la conforta dans son désir de retourner en surface.
Il paraît que certaine fois… la lumière du soleil perce les nuages ténébreux et ocres qui encerclent le pays et la terre. Les éclaires qui déchirent le ciel à certains moments se dispersent et un rayon s’abat sur le sol décrépît… mais il n’est que bref. Il révéla donc qu’autre fois… lorsque leur peuple vivait son apogée, la lumière du soleil leur permettait de transformer leurs corps en énergie spectrale et de se déplacer à travers le temps et l’espace… certainement que si elle arrivait à en toucher un, elle réussirait avec sa volonté à ouvrir une sorte de portail… et chercher de l’aide…

De l’aide…
Remerciant son sage… Gabrielle partit sur le champ, préparant ses affaires de survie et un masque pour pouvoir respirer plus longtemps en surface.
Sortit par les conduits, empruntés il y avait de cela quatre ans à présent, la jeune fille émergea pour la seconde fois. Elle rampa sous les gravas, amenuisant l’énergie qui traversait son corps pour éviter aux ombres de la repérer. Elle attendit ainsi plusieurs jours… et finit par ce demander si cette région n’était pas un condensé de ténèbres, dont le soleil ne perçait jamais…
Un matin… le vent se fit absent. Une tempête se préparait… un ouragan… On le voyait apparaître derrière les grandes collines rouges et noires, assombries par l’atmosphère. Un nuage gigantesque qui embrassait tout l’horizon, se balayant lentement de grands sillons grisâtres entre de longues raies noires.
Il tournoyait avec tant de lenteur, qu’elle se demandait s’il allait arriver jusqu’à elle en ce jour… mais en réalité, cette temporisation révélait une véritable violence de l’orage qui allait s’abattre sur la cité détruite. Le calme posé autour d’elle était assourdissant… effrayant même.
La violence avançait. Les ombres sillonnantes s’approchèrent, comme assoiffées par l’énergie que dégageait ce ravage naturel qui allait s'écrouler.
Elle tournoyait de plus en plus vite, et Gabrielle se rendait bien compte que cette lenteur qu’elle pensait déterminer en la percevant de loin, n’était qu’une impression de distance. Car maintenant à quelques kilomètres d’elle, elle discernait la terre se déchirer et voler en éclat, alimentant le monstre de vent et de poussières. La jeune fille se terra, s’enfonçant dans un conduit, espérant que la cité ne serait pas retournée avec elle.

La violence traversa au dessus de sa tête, un vacarme hurleur, frissonnant et remuant la terre. Recroquevillée dans son abri de fortune, Gabrielle attendait, espérait… Les secondes s’écoulaient aussi lentement qu’une existence passée sous terre… Puis le calme retomba brutalement. Ses oreilles sifflaient encore du vacarme passé.
Curieuse, la jeune fille sortit…
Et alors, cette lumière opaque et floue que l’on aperçoit à sa naissance, traversa sa rétine. Masquant son regard inhabitué, elle prit lentement conscience, que la tempête n’était pas encore passée.
Elle avait lu dans les récits concernant sa terre, que parfois, des cataclysmes explosaient… leurs cités étaient alors protégées par les habitants qui créaient un champ de force, se nourrissant eux aussi de la violence de la tempête pour se protéger. Et il était dit… que les tempêtes possédaient un cœur. Un cœur de calme et de sérénité.
Ce centre, elle l’avait atteint, et lorsque ses yeux encore éblouis se posaient autour d’elle, elle ne discernait que l’ombre et la lumière. Levant le visage, le ciel s’était ouvert, laissant la chaleur du soleil s’abattre sur la terre grise… réchauffant la pierre morte.

Gabrielle sentit son énergie lui revenir et même surpasser une limite qu’elle jamais atteinte. Elle ferma les yeux et s’éleva lentement du sol, déployant une paire d’ailes spectrales qui la fit voler plus haut encore, comme attirée par cette source d’énergie infinie. Autour d’elle, la tempête semblait se resserrer… Les nuages noirs avançaient, laissant le cœur diminuer.
Non… ce n’était pas des nuages, mais plutôt les ombres sillonnantes qui, ayant sentit cette onde d’énergie au milieu du cœur, s’étaient tournés vers elle.
L’une d’entre elles se détacha du groupe, volant à toute allure vers la jeune fille s’élevant, s’agitant rapidement vers elle et hurlant son nom…
Cette ombre, Gabrielle l’avait déjà vue. Son visage levé vers le ciel chuta vers la créature à son appel. Ses iris s’ouvrirent largement à sa vision… Son cauchemar… face à elle…
Au moment où elle son corps s’échangeait en énergie pour se téléporter et trouver cette aide tant attendu, l’ombre la gagna et se fondit avec elle, disparaissant brutalement, alors que tempête engloutissait le pays.


Remarque?:

Où avez vous connu le forum?: depuis Daimos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Présentation de Gabrielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cairn :: Accueil :: Fiches de présentation -